Le témoignage de Kalala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le témoignage de Kalala

Message par Kalala le Sam 20 Sep - 23:16

C'est le témoignage que j'ai déjà publié via la page facebook de Noémya... mais je suppose qu'il a aussi sa place ici...


En primaire, j’étais une petite fille comme toutes les autres, un peu timide peut-être mais très souriante et heureuse de vivre. Au cours des années, sans que je ne m’en rende vraiment compte, les gens m’ont mis à l’écart, ou je me suis mise à l’écart – je ne sais plus, je ne sais pas.

Les moqueries incessantes des autres, des remarques comme ça dans les couloirs, anodines peut-être pour eux, dévastatrices pour moi. Je me suis protégée comme j’ai pu, je me suis éloignée des gens, moins je leur parlais mieux je me portais. Et je me suis plongée dans la seule chose qui me permettait de garder un peu d’estime en moi… le travail. Quand mes camarades sortaient s’amuser entre eux, moi j’étais dans ma chambre à faire des devoirs de maths ou de physique. Juste dans l’espoir d’apercevoir ce petit sourire sur les lèvres du prof qui me rend une bonne copie. Inutile de dire que les échecs je les vivais mal, très mal… et je me punissais à chaque fois.

Mes bonnes notes suscitaient la jalousie de mes camarades et les méchancetés distillées au compte goute dans la cours de récré ont continué de plus belle. On m’a chambré sur mon look, sur mes amis, sur mes goûts, on m’a traité « d’intello », on m’a surnommé « le petit poney » parce que j’avais une passion pour les chevaux, on m’a ignorée, on s’est moqué… J’étais seule à ma table à la cantine, j’étais la dernière appelée lorsque l’on faisait des équipes en sport, j’ai arrêté de fêter mon anniversaire car je n’avais tout simplement personne à inviter… Toutes ces petites choses, ces détails insignifiants qui font que la vie devient un enfer.

J’avais à l’époque (collège) deux très bonnes amies qui comptaient plus que tout à mes yeux. Elles m’ont tourné le dos du jour au lendemain, parce que je « n’était pas quelqu’un d’intéressant », parce qu’elles en avaient marre que je « fasse tout comme elles ». J’ai très mal vécu cette trahison, surtout que je ne l’avais pas du tout vu venir.

Alors je me suis protégée comme j’ai pu, je me suis construit une carapace de solitude, imperméable à toute émotion. Ne plus rien partager avec personne, comme ça plus rien ni personne ne pouvait m’atteindre. Je me souviens que sur les bulletins, l’éternel « élève souriante et agréable » a disparu au fil des années au profit d’un « très bon travail » tout à fait impersonnel.

Mais le pire dans tout ça c’est que j’ai cru que c’était MA faute ! Que c’est moi qui n’étais pas assez bien, que c’était moi la coupable, que je ne méritais pas leur amitié parce que je n’étais pas assez bien pour eux. J’ai pensé que j’étais faible de me laisser atteindre par leurs remarques. J’ai grandi et je me suis construite en croyant profondément à tout ça. J’ai essayé d’être parfaite, pour qu’ils n’aient plus rien à me reprocher, pour que je mérite enfin d’exister à leurs yeux, autrement que « la fille dont on peut se moquer ouvertement ». Je me suis tuée à la tâche, travaillant des nuits entières jusqu’à épuisement, je suis passée par une phase d’anorexie avant de devenir hyperphagique et d’autres choses dont je ne suis pas fière. Autodestruction activée.

Ça a duré huit ans : collège puis lycée dans le même établissement. Le harcèlement s’est arrêté quand je suis partie en prépa, mais le mal était fait. J’ai 23 ans et les conséquences je continue à les vivre quotidiennement. Parce que ces choses là, ça laisse des traces, invisibles peut-être, mais bien présentes, ça je vous le garantis.

Alors aujourd’hui je leur en veux ! Je leur en veux d’avoir détruit ma vie. Je leur en veux d’avoir fait de moi cette fille pas sûre d’elle, sans estime pour soi, qui refuse d’accorder sa confiance à qui que ce soit et devenue maître dans l’art de cacher ses sentiments.
Mais, ma revanche aujourd’hui c’est que malgré tout ce qu’ils ont fait JE SUIS TOUJOURS LA ! Et ce qui ne tue pas, rend plus fort, c’est bien connu ! Alors certes je continue tous les jours à me battre contre moi-même, mais je suis forte, je suis une survivante, une battante et personne ne peut plus me briser ! Et je veux me battre ! pour que tout ceci cesse !

J’ai réalisé aujourd’hui, qu’à chaque fois que je me fais du mal, c’est à eux que je donne raison ! Et je ne veux plus ! Parce que ce ne sont pas eux qui ont raison ! Je suis quelqu’un de bien et je mérite moi aussi ma petite part d’amour et de bonheur dans ce monde de fou ! La route vers la guérison est encore longue mais écrire tout ça est un bon début !

Et pour finir je voudrais dire ceci à toutes les victimes : CE N’EST PAS VOTRE FAUTE, CE N’EST PAS VOUS LE COUPABLE ! Vous valez mille fois mieux qu’eux !  Vous êtes tous des personnes admirables, magnifiques et vous avez tous quelque chose à offrir au monde ! Alors ne les laissez plus vous détruire ! Je sais qu’il y a des fois où en parler rend les choses plus compliquées mais sachez au moins que ce n’est pas vous le fautif, c’est eux, ça a toujours été eux !

Kalala

Messages : 6
Date d'inscription : 20/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ils ont fait ta FORCE!

Message par Bienveillance le Jeu 18 Juin - 21:35

Kalala,

J'imagine comme ces années ont dues être difficiles pour toi. Tu es maintenant sortie de leur griffes mais les traces restent.
Je crois que tu as bien compris que maintenant dans la vie tu as deux solutions, tu te morfonds sur toi-même ou bien tu te bats. Je suis fière que tu aies choisi la deuxième solution. Tu as raison, à chaque fois que les traces que ces individus t'ont laissés reviennent à la surface, dit toi que ces épreuves t'ont construite, qu'elles t'ont appris à te battre et je suis sûre que maintenant tu es plus forte que tous ces imbéciles.
Ma fille, ainsi que certains camarades de classe subissent la perversité d'une petite fille, manipulée par sa maman. Je conseille à chaque parent d'être constamment vigilant, d'être à l'écoute de son enfant. Pour nous ce sont des comportements inhabituels, énervements, colère, agressivité qui ont été les signaux d'alarme. L'aide d'une psychologue compétente lui sont d'un grand secours et aujourd'hui je suis fière de ma fille car à 7 ans, elle a déjà compris beaucoup de choses sur la nature humaine et a appris à s'armer. Cependant, je suis inquiète car elle nous cache souvent la réalité de ce qui se passe dans la cour de récréation et qu'elle minimise des faits qui sont graves.
Je conseille aussi à chaque parent, d'oser parler, d'aller voir et revoir le directeur d'établissement, de briser l'omerta que ce dernier fait parfois régner. Il est tellement plus facile pour un directeur d'établissement de banaliser les faits, de nous faire croire que finalement ce ne sont que des jeux d'enfants! Je crie mon écoeurement, mon dégoût face à ces personnes incompétentes ne pensant qu'à leurs petits intérêts personnels au détriment de nos enfants qu'ils ont pourtant comme mission de protéger.

ARRETONS DE NOUS TAIRE, AYONS, AYEZ LE COURAGE DE L'OUVRIR ET TOUT COMME TOI KALALA BATTONS-NOUS!!!

Bienveillance
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum